La Toile

de Frédérique Trimouille

  2 Commentaires  

La Toile

Une vieille maison, la mer est là, magnifique, menaçante, une grand-mère séduisante et terrifiante et sa fille qui peine à exister. Trois petites-filles montées à Paris reviennent pour Noël. En fond de tableau, pères, fils, époux, les « chers disparus », occupent secrètement le terrain. Sur les bord ...

En lire plus

Une vieille maison, la mer est là, magnifique, menaçante, une grand-mère séduisante et terrifiante et sa fille qui peine à exister. Trois petites-filles montées à Paris reviennent pour Noël. En fond de tableau, pères, fils, époux, les « chers disparus », occupent secrètement le terrain. Sur les bords, un ami d’une autre planète et l’autre grand-mère qui ramasse des coquillages. La toile est inachevée, plate, lisse.

En quelques mois, elle prend corps. De petits gestes en grandes confidences, de micro-événements en péripéties, des fenêtres s’ouvrent, des liens se tissent, les trois générations trouvent leur place, les disparus la leur. L’écriture est comme un souffle qui anime le tableau, lui rend ses couleurs et sa profondeur.

(−) Réduire

2 Commentaires

Publié par marcelineb : le 21/10/2018

La toile raconte une histoire sur trois générations – le nombre qu'il faut pour fabriquer la folie, paraît-il. De fait, on suit trois petites-filles diversement fragiles, leur mère qui a vu se répéter un traumatisme déjà vécu par la grand-mère, Mamité, cadenassée dans son malheur... une famille de femmes, dont les hommes sont absents parce qu'une malédiction semble planer sur eux... Au rythme d'une écriture à la fois très entraînante et très littéraire, l'auteure nous fait vivre avec ses personnages qui vont, sur quelques mois, dénouer leurs entraves. Mais alors, de quelle toile parle le titre ? Est-ce celle de l'auteure ? Bien sûr. Frédérique Trimouille est peintre et lorsqu'elle écrit, on comprend enfin de l'intérieur ce que c'est qu'être peintre. C'est être au monde en relevant toujours les impressions colorées et en associant ces couleurs aux souvenirs, puis soudain, restituer tout le chemin parcouru sous forme de taches colorées sur une toile. Le point culminant du livre, c'est le moment où Clara peint : dans toutes ces couleurs avec lesquelles elle « joue », on reconnaît le violet de la mer dans la tache originelle de la toile, le turquoise d'une broderie dans la tache qui fait repartir le jeu qui s'essoufflait, le vert de la lumière bretonne dans celui qui contraste les souvenirs qui sont exprimés consciemment. On sait alors que cette toile, c'est sa vie. Ce jeu de correspondances ne fait rien d'autre qu'illustrer le procédé du livre tout entier, qui déploie une histoire où les destins des personnages, d'abord apparemment disjoints (leur lien familial mis à part), se rejoignent, s'imbriquent et se révèlent au fur et à mesure qu'on apprend à les connaître. On lit une histoire, leur histoire, on la comprend, et on comprend aussi que son sens profond, c'est celui des liens entre eux, de la manière où ils se tissent ou pas, de la manière dont ils se disent ou pas. Il en est donc dans La toile comme dans la vie, bien sûr ; mais c'est toujours à notre insu que ces associations nous constituent, et il faut l'éclairage de l'art pour que nous puissions les voir. Une histoire particulière, un sens universel... Mais alors, La toile, n'est-ce pas la nôtre, celle sur laquelle chacun de nous projette ce sens, son sens ? Évidemment. Finalement, peu importe l'histoire que raconte La toile de l'auteure : en la lisant, elle devient la nôtre, de la même façon qu'en regardant un tableau, il devient ce que nous y voyons. Moi, j'ai lu avec passion, me laissant porter jusqu'à ce que mes larmes jaillissent lorsque Mamité dénoue le nœud qui entravait sa famille, parce que c'est un nœud de la même nature (malgré son contenu différent), que j'ai besoin de dénouer en moi. Et vous ?

Publié par sylvie-cohen : le 21/10/2018

Quelle bien jolie toile., Frédérique Trimouille nous a peinte là. Un tableau impressionniste, tout en nuances, en clairs obscures, en finesses, et en profondeurs. Un tendre et impitoyable tableau de famille qui se dévoile par petites touches, à la lisière des mondes intérieurs et extérieurs de chaque protagoniste. Son écriture est délicate, et teintée d’une douce mélancolie.. Elle va chercher le mot juste et le pose au bon endroit, comme le peintre pose ses couleurs sur la toile de façon très évocatrice.. Entre Peinture et l’art thérapie, Frédérique Trimouille possède aussi, manifestement, un talent littéraire pour traduire les états d’âmes le mal -être et les non dits sur “La Toile”.

Logo étoile

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !

Les informations recueillies sont collectées et traitées, conformément à notre Charte Vie Privée, par Librinova, afin de vous communiquer notre newsletter.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de directives post-mortem et, pour des motifs légitimes, de suppression des informations à caractère personnel vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en nous adressant votre demande, à l’adresse suivante : cnil@librinova.com